De 1614 à nos jours

Le centre historique d’Amsterdam est réputé dans le monde entier pour sa beauté. Les canaux, bordés des majestueuses bâtisses du dix-septième siècle, contribuent non seulement au charme traditionnel de la ville d’Amsterdam, mais constituent aussi une part importante de notre patrimoine culturel. En 2010, la ceinture de canaux a été ajoutée à la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, une forme de reconnaissance internationale de la beauté et de la valeur uniques de ce joyau d'Amsterdam. Le charme des canaux attire, été comme hiver, de très nombreux visiteurs venus des quatre coins du monde.

Un de ces canaux, dénommé le Herengracht, a été creusé en 1614. Il s’agit du plus important des trois principaux canaux datant du 17ème siècle, les deux autres étant le Keizersgracht et le Prinsengracht. Le canal Singel faisait lui déjà partie du réseau de canaux à l’époque médiévale ; on y trouve quelques autres édifices appartenant à l’Hôtel Ambassade.

Le côté impair du Herengracht - où se trouve par ailleurs l’Hôtel Ambassade - accueille les demeures les plus anciennes. Cette zone était en effet déjà construite avant même que ne débute l’excavation des trois principaux canaux. Tout comme c’est le cas pour le Singel, la rive impaire du Herengracht relève en réalité davantage de la zone médiévale d’Amsterdam, où toutes les classes sociales vivaient et travaillent côte à côte. Les nouveaux canaux étaient destinés à tracer une séparation entre les nouveaux-riches et la classe moyenne, séparation que l’on peut facilement observer en navigant sur le canal. Le vieux Singel forme un port intérieur, aux ponts-levis en bois pour permettre le passage de grands bateaux et de leurs marchandises. Un net contraste avec l’élégant Herengracht, aux gracieux ponts en briques, où seuls les petits bateaux de plaisance et d'approvisionnement peuvent circuler.

Les maisons construites le long des canaux se distinguent par leurs pignons caractéristiques. Celles datant du début de l’excavation du canal présentent des pignons à redents, aux échelons typiques, ou des pignons en pointe aplatie, qui s’élèvent en oblique et se terminent par une petite « plateforme » au sommet. Quelque 50 ans plus tard, les façades ont été ornées de pignons plus riches et élégants, tels que les pignons en goulot, qui rappellent un cou encadré de son col, les pignons en cloche, ou encore, pour les maisons plus larges, les pignons à corniche, qui forment une simple ligne horizontale. Au cours du 18ème siècle, les frontispices classiques ou les combles avec balustrade ont souvent remplacé ces anciens pignons. De plus en plus de personnes habitaient alors dans une partie de la ville et travaillaient dans une autre.

En 1953, plus de trois siècles après la création du Herengracht, le premier édifice de l’Hôtel Ambassade vit le jour, au 349 Herengracht.

En savoir plus sur l'histoire de l'hôtel >